24/05/2006

Bosch

Bosch, jardin plein de fruits et de fraises énormes,
Ondines et baigneurs qui se pâment sur l’eau,
Des fours, des feux, sans fin, d’absurdes animaux,
Lézards, guivres, dragons, rats, hybrides difformes.

 

           L'Enfer

 

Ils sont cent, ils sont mille, ils sont des millions
A cuire dans les fours de ce puant cloaque ;
Partout, des fleuves de sang, de fétides flaques,
Des flammes et des feux, le fer en fusion !


Ici, un homme est dévoré par des cerbères ;
Là, un bougre se bat contre une truie, en rut.
Ce pécheur est lié à un énorme luth ;
A cet autre, on a mis une flûte, au derrière...


Ecrasant les corps, s’avance un char de bataille,
Formé de deux oreilles, et d’un grand couteau,
Qui découpe les chairs, déchire les entrailles.


Assis sur un cabinet, un horrible oiseau
Avale bras et troncs, s’empiffre, goulûment,
Pendant que se remplit une mer d’excréments.

                                                               Jean-Paul Labaisse 1997.

 

L'Enfer, aile droite du "Jardin des Plaisirs"
Huile sur bois, 220 x 97 cm
Museo del Prado, Madrid

 

 

 

         Le Jardin des Plaisirs

 

C’est un jardin rempli de succulentes choses,
Avec des fleurs, des fruits, des étangs, des rivières,
Des parfums entêtants, des musiques légères,
Et des fraises offrant leurs chairs douces et roses.


Ils vont, ils vaquent, innombrables, indécents,
Hommes et femmes mélangés dans l’herbe grasse ;
Ils se touchent, se pâment, s’embrassent, s’enlacent,
Et font des jeux qui ne semblent pas innocents...


Dans l’eau du ruisseau, elles nagent, toutes belles...
On aperçoit leurs longs cheveux, leurs formes blanches,
Leurs seins délicieux, leurs ventres doux, leurs hanches...


D’étranges cavaliers caracolent près d’elles,
Et tournent, tournent, sans fin, sur leurs étalons,
Qui piaffent, hennissent, poussent d’énormes bonds.

                                                             Jean-Paul Labaisse 1997.


Le Jardin des Plaisirs, panneau central
Huile sur bois, 220 x 195 cm
Museo del Prado, Madrid

 

23:07 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.