24/05/2006

Les Epoux Arnolfini (Van Eyck)

          Les Epoux Arnolfini


                                   d’après Van Eyck


Ils se tiennent la main, debout devant le lit.
Il porte un long manteau soyeux, bordé d’hermine ;
Elle a sa robe verte, avec plis et surplis,
Une coiffe blanche et chaste, en dentelle fine.


Solennel, il étend le bras, mine hautaine ;
Elle a mis la main sur son ventre, déjà rond.
Il paraît sévère ; elle a un air doux et bon.
Ils sont jeunes époux, depuis une heure à peine.


A leurs pieds se tient un petit chien, tout joyeux,
Le poil lisse et lustré, les yeux malicieux,
Qui remue la queue, et que l’on entend gémir.


Dans le fond trône, immense, un lit à baldaquin
- Et ce sera bien bon, de s’en aller dormir,
En ses draps parfumés, sur de moelleux coussins !

                                                            Jean-Paul Labaisse 1996.

 

Détrempe à la résine sur bois, 82 x 60 cm
National Gallery, Londres

 

22:51 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Les époux Arnolfini Qui que vous soyez, sachez que ce petit poème sur les époux Arnolfini est trés bien fait.
de plus, c'est un des tableau que j'aime regarder dans le musée ou bien en image.

Écrit par : Anonyme | 12/03/2009

Les commentaires sont fermés.