29/05/2006

L'Enlèvement des Filles de Leucippe (Rubens)

L’Enlèvement des Filles de Leucippe

                                                                d'après Rubens


Ils étaient descendus du ciel immaculé,
Et leurs chevaux fameux, leurs fébriles montures,
Etiraient au soleil leurs fières encolures,
Mélangeant leurs sabots, arquant leurs dos musclés.


Et Castor et Pollux, les jumeaux merveilleux,
Ont penché leurs regards : ils ont vu ces deux filles
A la peau rose et fraîche, aux cheveux qui scintillent,
Dormant dans les rayons du jour délicieux.


Sur leurs bras vigoureux, sur leurs poitrines nues,
Ils portent calmement les adorables Vierges,
Les soulèvent, très loin, vers d’invisibles nues.


Au milieu des soleils, des comètes, des cierges,
Brillent deux astres blonds, deux planètes nouvelles,
Qui tournent, sans fin, autour d’étoiles jumelles !

                                                             Jean-Paul Labaisse 1999.

Huile sur toile, 224 x 210 cm
Alte Pinakothek, Munich

23:48 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ce tableau a été peint sur une toile de 222x209cm, une très grande donc, ce qui est un changement pour Rubens, peintre baroque flamand. Il met en scène deux dieux, Castor et Poluux, enlevent les deux fille de Leucippe selon le mythe pendant leurs noces, deux anges, ainsi que deux chevaux.
La diagonale, qui va du haut à droite au bas à gauche, est tracée par le bras et le pied de la fille de face. Les corps forment une masse compactes, très mouvementé, mais il y a cependant une bonne repartition des masses. Ce “bloc” de personnages rend impossible la trouvaille d'un centre car c'est un tout, il n'y a pas de parties plus importantes que d'autres. La ligne d'horizon est basse, ce qui fait ressortir les sujets.
Au niveau des couleurs, ce sont des complémentaires qui sont utilisés ici. Celles des deux filles d'opposent à celles de Dieu. La lumière provient-elle plus de la droite que de la gauche.

Écrit par : Agathe | 05/04/2009

Les commentaires sont fermés.