01/07/2006

Les Bergers d'Arcadie (Poussin)


     Poussin, églogue, belle et tranquille harmonie,
     Sylphides et bergers à l’ombre des cyprès,
     Pendant que frissonne et bruit un ruisseau secret
     – Le temps s’est arrêté, ici, en Arcadie…

 

         

                 Et in Arcadia ego
                (Les Bergers d'Arcadie)

 


     C’est un tombeau dormant dans l’humus et la mousse,
     Caressé par le ciel, les nuages, les arbres ;
     C’est un gris sarcophage, un mausolée de marbre,
     Où frémit le ruisseau, où geint la brise douce.


     Ici, pas de bruit, pas d’agitation vaine,
     Mais rien que la chanson du zéphyr et de l’eau ;
     Là, le calme et la paix, que dérangent, à peine,
     Des tintements lointains, des bêlements d’agneaux.


     Près du tombeau désert, des bergers parlent, causent,
     Méditant longuement sur l’homme qui repose,
     Inconnu et serein, sous le marbre et les fleurs.


     Ils peuvent lire, inscrits sur la pierre verdie,
     Cachés sous l’herbe et l’humus, les mots du bonheur,
     Les mots sages : " Ici, je suis en Arcadie ".


                                                          Jean-Paul Labaisse 1997.

 

     Huile sur toile, 85 x 121 cm
     Musée du Louvre, Paris

14:01 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.