24/09/2006

Le Réverbère

               Le Réverbère

                                  

     C’est un chemin triste et désert, dans la banlieue.
     Personne ne passe, ici, personne ne vient…
     Seul un réverbère, et sa clarté faible et bleue ;
     On voit les lumières de la ville, très loin.


     Une femme est debout, cheveux bruns, robe verte ;
     Au milieu du chemin, elle se tient, tranquille,
     Sans bouger, sans parler. On devine la ville,
     Et ses maisons, et ses parcs, et ses tours désertes…


     Elle est toute seule, sur ce sombre chemin,
     Où personne ne vient, où personne ne passe,
     Et la ville est si loin, et la ville s’efface…


     Elle est seule, à jamais, sur ce chemin sans fin,
     Et très doucement le réverbère s’éteint,
     Et c’est la nuit, partout, et c’est l’oubli, enfin…

 

                                    Jean-Paul Labaisse, septembre 2006
                                    merci à Fabienne

 

aquarelle de Marlen Guérin

22:19 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |