19/03/2008

Les Vieilles (Goya)

                Les Vieilles

                                                   d'après Goya

     Les vieilles, au miroir, s’admirent, se contemplent,
     En extase devant leurs faces pommadées ;
     Elles ont mis fichus et chiffons, nippes amples,
     Pendentifs, bijoux faux, toilettes démodées.


     Leurs bouches sont sans dents, leurs crânes sans cheveux,
     Elles ont un menton qui tremble, un long cou maigre,
     Une verrue au nez, de petits yeux fiévreux…
     De leurs seins flasques et gris monte une odeur aigre.


     O Vieilles ! Au lieu de scruter votre miroir,
     D’agiter vos joyaux et vos antiques rêves,
     Tournez-vous, un instant : un spectre, dans le noir,


     Vous guette, impatient, et son balai se lève…
     Vous tomberez, d’un coup, la glace explosera,
     Et personne, personne ne vous pleurera…

                                                       Jean-Paul Labaisse 1997.


Les Vieilles

     Huile sur Toile, 180 x 120 cm
     Musée de Lille

23:00 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

horreur Ce tableau est vraiment effrayant et le poéme est triste

Écrit par : Patience | 17/11/2008

quand je regarde cette toile je me sens aspirée par la force de son message je ne suis plus en 2008 mais dans cequi est l"essentiel peu importe ou ,peu importe quand c'est l'evidence du sort de chacun d'entre nous qui m'éclate au visage! pendant quelques instant je me sens écrasée par cette ineluctable vérité qui est que quoiquel'an fasse de son existence tout est vain. mais bien vite je me détache de cettehorrible évidence afin de survivre

Écrit par : demonfort et je décide | 14/12/2008

Les commentaires sont fermés.