09/04/2008

Le Déjeuner des Canotiers (Renoir)

           Le Déjeuner des Canotiers


                                                             d'après Renoir




     Ils avaient bien mangé, bien bu, tout le midi.
     Sur la table traînaient des verres, des bouteilles,
     Des couverts délaissés, un plat, avec des fruits,
     Poires mûres, raisins dorés, pommes vermeilles.


     Les femmes bavardaient, badinaient, l'oeil rieur,
     De grands chapeaux de paille inclinés sur la tête ;
     Barbe rousse et regard pensif, en débardeur,
     Un gaillard contemplait les blanches goélettes.


     Ils conversent de tout, de rien, de mille choses
     Puériles, qui font le bonheur de la vie ;
     Les hommes sont contents, les femmes alanguies.


     Sous la lumière blonde et tranquille, des roses
     Dans son chapeau à rubans, une jeune fille
     Serre un petit chien, qui se dresse, qui frétille.


                                            Jean-Paul Labaisse, novembre 1995.




le déjeuner des canotiers

Huile sur toile, 130 x 173 cm
collection Duncan Philipps, Washington
 

21:53 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/04/2008

Le Moulin de la Galette (Renoir)

                   Renoir, des enfants blonds et fins, cheveux brillant 
                   Sous le soleil soyeux, de douces demoiselles
                   Se balançant à l’ombre exquise des tonnelles
                   Où frémissent les fleurs, les jasmins chatoyants



          Le Moulin de la Galette



     Ils étaient venus au Moulin de la Galette,
     Joyeux, contents, avec leurs belles cavalières,
     Qu’ils faisaient tourner, tourner, vives et légères,
     Entre les tables où musaient les midinettes.


     Levant leurs canotiers, lissant leurs barbes fines,
     Camelots et dandys entreprenaient les filles,
     Et se penchaient, disant des choses bien gentilles ;
     On servait de l’anis, des bocks, des grenadines.


     Et tournent les danseurs, sous les douces ramures,
     Et valsent les filles, en leurs robes à franges,
     Volants roses et bleus, vaporeuses guipures.


     Les parfums, dans le soir, s’exhalent, se mélangent,
     Et montent calmement vers les branches soyeuses,
     Que balance et caresse une brise amoureuse.

                                                Jean-Paul Labaisse, novembre 1995.



moulin de la galette

     Huile sur toile, 131 x 175 cm
     Musée d'Orsay, Paris





 

15:59 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |