12/07/2009

Notre-Dame de Paris (Hugo)

Notre-Dame de Paris





« Elle dansait ainsi, au bourdonnement du tambour de basque que ses bras ronds et purs élevaient au-dessus de sa tête, mince, frêle et vive comme une guêpe, avec son corsage d'or sans pli, sa robe bariolée qui se gonflait, avec ses épaules nues, ses jambes fines que sa jupe découvrait par moments, ses cheveux noirs, ses yeux de flamme… »

Victor Hugo

 

Il était monté tout en haut de Notre-Dame,
Se tenant, essoufflé, près du lourd carillon.
L’infirme caressait le fabuleux bourdon
Et la vue de Paris émerveillait son âme…


Sous ses pieds s’étendaient la Seine et ses bateaux,
L’île de la Cité, ses places, ses venelles,
Les flèches et les tours, tranquilles sentinelles...
Plus loin, c'était Montmartre et ses charmants coteaux.


Quasimodo pencha la tête et regarda :
Sur le parvis dansait la belle Esmeralda,
Créoles, caraco doré, châle vermeil.


Et le bossu, parmi les gargouilles sévères,
Les griffons, les serpents, les guivres, les chimères,
Rêvait d’un peu d’amour et d’un rai de soleil…

 

Jean-Paul Labaisse, juillet 2009.
merci à Fabienne.

 

 

chimère

 

 

garg

 

gargouilles5

00:53 Écrit par Jean-Paul dans Oeuvres Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/07/2009

Don Quichotte (Cervantès et Picasso)

          Don Quichotte



« Là-dessus ils découvrirent trente ou quarante moulins à vent qu'il y a en cette plaine, et, dès que don Quichotte les vit, il dit à son écuyer :' La fortune conduit nos affaires mieux que nous n'eussions su désirer, car voilà, ami Sancho Pança, où se découvrent trente ou quelque peu plus de démesurés géants, avec lesquels je pense avoir combat et leur ôter la vie à tous… »


Miguel de Cervantès

 

Don Quichotte et Sancho, par un joli matin,
Partirent délivrer la veuve et l’orphelin,
L’un sur son vieux cheval, le second sur son âne,
Traversant les sierras où les éperviers planent.


Ils chargèrent tous deux d'invincibles géants,
Aux bras monstrueux – C'étaient des moulins à vent !
Face à des malandrins, ce fut grande bataille
– On trouva vingt moutons qui perdaient leurs entrailles…


Don Quichotte voyait partout des chevaliers,
De nobles châtelains, des mages, par milliers ;
Sancho, lui, distinguait bergers et paysans…


Et le vieil hidalgo, dans la nuit parfumée,
Rêvait qu’il emportait, sur son fier alezan,
Dulcinée du Toboso, dame tant aimée…



Jean-Paul Labaisse, juin 2009.
(merci à Fabienne)

 

 

don-quichotte

Lithographie, 65 x 50 cm

 

23:40 Écrit par Jean-Paul dans Oeuvres Littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |