11/11/2009

Mort à Venise (Mann)

Mort à Venise



« Sa démarche, le maintien du buste, le mouvement des genoux, la manière de poser le pied chaussé de blanc, toute son allure était d'une grâce extraordinaire, très légère, à la fois délicate et fière […] »

Thomas Mann



Une gondole passe et glisse dans Venise,
Sans bruit, parmi les quais et les ponts indistincts ;
De la lagune monte un chant triste et lointain,
Rêveuse sérénade ou barcarolle exquise.


De sa chambre, Aschenbach découvre les églises,
L'orbe majestueux des dômes byzantins,
Les arches, les pontons, les pilotis déteints,
Les palais endormis dans la brume indécise.


Sur la plage déserte, un enfant de treize ans,
Les cheveux blonds, de grands yeux clairs, des traits plaisants,
Des poignets délicats, de graciles chevilles...


Aschenbach le contemple et bercé par la brise
Il s’endort doucement – les étoiles scintillent
Sur l’eau des canaux noirs, dans Venise la grise.


Jean-Paul Labaisse, novembre 2009.

 

 

 

Mortà Venise

 

 

Mortà Venise 2

 

 

Mortà Venise 3

 

 

Mortà Venise 4

L'affiche américaine du film de Visconti (1971), avec Björn Andresen (à droite)

18:40 Écrit par Jean-Paul dans Oeuvres Littéraires | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Vous discutez de de super thèmes. J'ai recherché sur le net davantage d'infos sur cette problématique et la majorité des personnes sont en accord avec vos idées.

Écrit par : Earnest | 03/07/2013

Les commentaires sont fermés.