03/06/2010

Nu Couché (Modigliani)

Nu Couché



Modigliani, fronts et bouches énigmatiques
Odalisque aux grands yeux calmes et résignés,
Jeune femme endormie en un lit chiffonné,
Telle une fleur triste, et douce, et mélancolique



Elle a des cheveux de jais, de grands yeux éteints,
Des cils allongés, des pupilles pleines d’ombre ;
Le nez est mince et droit, la bouche d’un sang sombre,
L’épaule fragile et le cou semble si fin.


Sur le lit étendue, elle dort, elle gît,
Cheveux fluides, yeux mi-clos, la tête immobile,
Bras et mains abandonnés, les jambes tranquilles,
Et l’on ne sait quel songe embaume son esprit.


C’est une femme d’ailleurs, sans passé, sans âge ;
Elle pèse si peu, dans le courant du monde,
Et son corps glisse et vogue au fil léger de l’onde…


Rien ne vient déranger son sommeil sans nuages ;
Aucun homme, aucun dieu ne devinent ses rêves,
Ses immenses désirs, ses voluptés trop brèves.


Jean-Paul Labaisse 1998. 

  

 


Nu couché

Nu couché les bras croisés derrière la tête
Huile sur toile, 60 x 92 cm
Collection privée


nu couché 2

Le Grand Nu
Huile sur toile, 73 x 166cm
Museum of Modern Art, New-York

 

15:28 Écrit par Jean-Paul dans Tableaux d'une Exposition | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |