09/03/2017

Alep

Alep

 

 

Sur Alep en feu, combien d’obus et de bombes, 
De balles, de barils, d’explosions par seconde ?
Et combien de maisons brûlées, de murs qui tombent,
Sous l’œil indifférent des barons de ce monde ?


Jadis, Alep brillait dans la lumière blonde.
Des gamins dévalaient la rue, filaient en trombe,
Chipant, sur les bazars, des grenades bien rondes,
Des fruits mûrs. Dans le ciel s’ébattaient des colombes.


Au milieu des gravats, des briques, des décombres,
Un enfant ramasse une pierre, arme sa fronde,
Et tire, très haut, vers les bombardiers sans nombre,


Vers Dieu ou vers Allah, qui se tapit dans l’ombre,
Impassible, ne voulant rien voir, rien entendre…
Il pleut des larmes de sang sur Alep en cendres.

Jean-Paul Labaisse,
15 décembre 2016

 

alep citadelle.jpg

 

alep 6.jpg

 

Alep 9.jpg

 

alep enfant 3.jpg

 

alep enfant.jpg

 

20:50 Écrit par Jean-Paul dans Migrations | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.