29/04/2018

Le Caméléon

Le Caméléon

 

 

On le devine à peine, avançant prudemment
Sur le rameau d’un arbre, ou sur la terre grise.
Craintif, il ralentit un peu, s’immobilise,
Patte en l’air… Il repart, au bout d’un long moment.


Il dirige en tous sens ses grands yeux globuleux,
Détend soudain sa langue, inouï harpon rose…
Sur sa branche, il devient vert, se métamorphose,
Se teinte en brun, revêt son smoking jaune et bleu.


Son corps aux maigres flancs se pare de zébrures,
De taches, de dessins, de splendides rayures,
Étonnant maquillage aux nuances fugaces.


Il glisse et disparaît dans les herbes rebelles…
Une branche remue, une brindille casse,
Dans la clairière où l’ombre et la clarté se mêlent.

 

avril 2018.

 

 

Caméléon 1.jpg

 

Caméléon 2.jpg

 

Caméléon 3.jpg

16:25 Écrit par Jean-Paul dans Poèmes Intimes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.